34RC – CRC [13 – 17]

OU EST PASSEE LA GRANDE ECHELLE ?

Cela fait un moment qu’il y a le feu partout dans la maison CRC, un feu de cheminée qui crépite et réchauffe. Aux entraînements, toutes ces calories brulées. A Bruxelles, on a incendié le dance floor. On parle même pas de la caliente dans les slibards. Au bout d’un moment, il a fallu faire appel aux pompiers. Mais le 34RC après 80 minutes a remballé ses gros tuyaux laissant l’incendie rouge et noir (enfin, blanc) envahir la capitale pour fêter sa victoire.
 

 
Au début, ça partait comme un feu de camp sur terrain humide. Match à 10h15, maillots blancs : le CRC pourtant bien préparé s’était aussi préparé à prendre la saucée. Mais comme c’est le cas depuis plusieurs années, les grands rdv ne nous font plus peur. Chacun est arrivé à l’heure, à Champs-sur-Marne donc, pour observer le soleil se lever sur un terrain digne d’un golfe écossais. Un groupe de 21 joueurs, déplorant quelques absences regrettées, pour maladie, blessure, licence trop tardive ou raison personnelle.  Mais un groupe soudé, avec plus de supporters que le club n’en a jamais connu, de 4 à … disons plus de 60 ans. 
 
Echauffement rondement mené. En face, les profils sont sec, on sent que les graisses sont souvent passées au barbecue de la salle de muscu. Ca va jouer vite. 
Mais surprise au coup d’envoi, les pompiers n’ont pas trouvé le raccordement à la lance à eau. Le feu blanc progresse, et s’installe dans la campagne adverse. Le CRC parvient à imposer son jeu, découvrant assez vite une faille dans la relance adverse sur les longs coups de pied. Dans les rucks ça vient de tous les côtés et l’arbitre sanctionne. Il faut prendre les points où ils se trouvent et c’est le capitaine qui s’en charge sur une pénalité. 3-0 pour le CRC. Le jeu s’installe dans les 22 adverses, mais des fautes de mains répétées (dont certaines peut être éventuellement inventées par l’homme au sifflet) empêchent les blancs d’aplatir proprement. Finalement, une deuxième pénalité permet de creuser un peu plus l’écart. Avant finalement un essai du Nouveau à l’aile, qui vient conclure plusieurs longues minutes non loin de la ligne des 5 mètres adverses. A noter, la puissance de la touche du CRC qui récupère quelques ballons adverses et surtout parvient à construire 4 ou 5 mauls bien structurés qui, s’ils ne progressent que d’une dizaine de maîtres, entament un peu plus le moral des militaires.
 
A la mi-temps, si les pompiers n’ont jamais vraiment inquiété le CRC pendant les 40 premières minutes, le score n’est pas assez écrasant pour rassurer les esprit. Il va falloir mettre les bouchées double. Les pompiers ont lâché le Kangoo pour le FMOGP (fourgon à mousse de grande puissance ; ouais je suis allé voir sur wikipedia). A chaque faute du CRC, ils jouent à la main et vite. La défense hermétique du CRC, bien en place, permet d’éviter le pire, à savoir une percée d’un centre. Toutefois, au terme de 5 minutes intenses proches de 5 mètres, l’arbitre accorde un essai aux rouge et bleu (après un peu de rampement au sol….). à 7-13, le coach perd son calme et trépigne. Le banc aussi. Malheureusement, la tension du score ne permet pas de faire tourner l’effectif. La défense est vraiment bien en place : sur l’aile gauche, un percée des pompiers est arrêtée par une successions de plaquage bien travaillé. Chanteur nous fait un plaquage fantastique sur son aile droite, trouvant la touche. …
Au coup de sifflet final, le score est somme toute logique, le CRC peut se réjouir d’avoir par sa cohésion, l’application des exercices travaillés à l’entraînement (on a bien du gratter 10-15 ballons) et des consignes du coach, réussi à imposer son jeu et désarçonner les pompiers.
 
Rdv le 10 juin, pour l’ultime étape avant la finale.
 
34RC vs. CRC
Date : Samedi 20/05/2017 – 10h15
Lieu : Champs-sur-Marne – Stade du bois de l’étang
 

No Replies to "34RC – CRC [13 – 17]"


    Laisser un commentaire