BBR – CRC [20 –3]

DERBY DE LA SAUCISSE, PREMIERE

8h, place Clichy. Le gérant de la Cave à bières reconnaît certains habitués, commence à dresser les tables et à réchauffer les moules. Si les yeux plissés et les mine déconfites font penser à une fin de soirée, en mode Oberkampf > SO-PI > Montmartre > Soleil de la Butte, c’est pourtant bien du lit que sortent la grosse vingtaine de Toros, sacs en bandoulière.

Les 600 euros de déficit son arrivés à l’heure. On a fait l’appel à l’entrée pour être surs de n’oublier personne, et surtout pas Adrien qui on le rappelle a passé la semaine Place Clichy, après s’être trompé de samedi. Le club a accru son déficit de 30 euros supplémentaires avec une distribution de pains au chocolat. 8h, c’est pas une heure pour bouffer des avocats.
Alors que certains replongeaient dans les bras de Morphée, un partie de tarot s’improvisa au fond du bus (enfin, c’est ce qu’ils ont fait croire aux professeurs, ces cancres qui regardaient en fait Jacquie et Michel sur leur portable).
20 Minutes de route plus tard, un joueur pris d’une crise de panique devant l’effacement de toute trace de civilisation demandait de la Ventoline. A l’avant, les coachs faisaient la compo. Une vidéo est diffusé sur les écrans, pour solliciter une dernière fois les cerveaux endormis. Le voyage devait se fermer sur une visite guidée de Villers-Cotterets.
Malgré un vestiaire inversement proportionnel à la densité des constructions autour du stade, les Toros fidèles à leur nouvelle habitude se sont préparés rapidement. C’était sans compter sur la prose de Gobelin, qui en avait gros sur la patate et le bout de la langue. 15’ de discours plus tard, échauffement, coup d’envoi.

On s’attendait clairement à un gros match face à un des leaders de la poule, qui s’était promis le grand chelem. La défaite de BBR face à un Stade Léonien qui nous avait échappé de peu lors de notre rencontre nous offrait tous les espoirs, sachant aussi qu’une équipe qui a vu son rêve brisé aurait probablement soif de revanche. Durant les 20 premières minutes, tels deux lions en cages, les fauves se sont jaugés. Il n’en fallut pas plus aux taureaux pour comprendre que leurs adversaires étaient solides sur leurs appuis dans les rucks, et aux BBR que les espaces seraient peu nombreux. Bien regroupés, les Toros majoritairement dominés résistaient bien à la pression. En touche, c’est même les rouges et noir qui prenaient l’avantage. Toutefois, quand la betterave est mûre, le sucre doit sortir et à force de caramel, BBR est allé aplatir dans l’en-but, ne transformant pas. Signe de fébrilité tout de même, l’équipe au saucisson, habituellement joueuse, jouait ses pénalités au pied pour s’assurer les points. 8-0, puis 8-3 après une stratégie sans surprise similaire des parisiens.
Dire que le CRC joue bien est abusif : il subit bien, parvient parfois à développer du jeu. A deux reprise, le ballon s’approche des 5 adversaires, ici échouant d’un en-avant à l’aile, là en gardant un peu trop les mains sur le ballon après placage.
Des mi-temps comme ça, on en a fait 50. On sait qu’on peut les tenir et que la victoire est au bout de l’essai. Jusqu’à la 60ème, on y a cru. A la délivrance. Malgré une pénalité infructueuse. En face, le jeu s’accélérait pourtant, BRB ayant décidé de décrocher la charrue et d’envoyer les boeufs. Un essai vint ternir l’espoir des parisiens, et avec lui leur lucidité. Le gruyère se fit emmental (avec les trous), les placages moins pressant, il n’en fallait pas moins à BBR pour se saisir d’une opportunité entre les poteaux. Transformée. 20-3, au final, le score est aussi mérité que frustrant pour un CRC qui n’a pas démérité, mais doit encore travailler pour espérer enfoncer la saucisse dans les terres fertiles de Picardie.

Troisième mi-temps
Au CRC, on fête aussi les défaites, ça évite d’être déçus le soir venu. A l’invitation des Bettraviers, le bus a donc battu la campagne jusqu’au magnifique village de Faverolles. C’est la saucisse, saucisse party, tant qu’y’a d’la braise, c’est pas fini. Un accueil de rois. L’occasion pour chacun de découvrir les coutumes de l’autres. Piments pour les uns, perruque de princesse pour les autres. Bière pour tous. Et remise du trophée planche à saucisson, qui inaugure une longue lignée de derby de la saucisse entre les deux équipes !

 

BBR vs. CRC
Date : Samedi 25/03/2017 – 11h00
Lieu : Villers-Cotterets (Picardie)

No Replies to "BBR – CRC [20 –3]"


    Laisser un commentaire