CRC – AIR FRANCE [43 – 5]

LOVE IS IN THE AIR (FRANCE)

 Parfois, tout va bien. Il fait beau, les oiseaux chantent, les bourgeons bourgeonnent, le caca du matin est fluide et c’est un jour de match. Et un revenant, toro exilé dans les îles. Même si les grincheux rappelleront un rdv à 10h30, deux petits vestiaires non communicants, un match reporté début janvier pouvant avantager l’adversaire.
Une fois n’est pas coutume, le décollage fut plutôt réussi, sans trou d’air. Les toros ont mis les gaz face à une belle équipe d’Air France avec des chaussettes CSPTT. Rapidement, notre capitaine et buteur a passé une pénalité entre les poteaux et le CRC menait 3-0. Puis, après un travail des avants logiquement récompensé, Hugo the Machine (auteur de quelques buffets comme on n’en vend pas à IKEA, c’est à dire solides) est allé aplatir dans l’en-but adverse, incroyablement transformé de son pied en or par Vincent.

Mais les minutes qui suivirent furent assez laborieuses pour les rouge et noir (réduits à 14 après une action inexcusable de celui qui voulait trop impressionner maman venue pour la première fois au bord du terrain, alors qu’elles n’avaient d’yeux que pour le talonneur).
Face à une équipe de stewarts déterminés, le CRC n’a pu maintenir son score vierge (humm… vierge….) que par une défense implacable. Et un beau sacrifice, celui du nez de Steak notre tahitien au coeur tendre, dont on n’a toujours pas élucidé le geste : un plongeon sur le côté d’un ruck, s’empalant le nez directement sur le poing de l’adversaire qui n’avait même pas l’intention de distribuer du bourre-pif. Un sacrifice maori, surement.
Sauvé in extremis par la touche sur son coin d’en but, sauvé par une touche hésitante des Blancs, par des placages solides en bord de ruck, et finalement, récompensé par le pied d’un nouveau venu dans l’équipe, Arnaud, qui a aplati le ballon après un premier coup de pied de dégagement à l’aile, suivi d’une belle course de 30 mètres, puis d’un second coup de pied après un rebond favorable, et une autre course de 30 mètres, le CRC s’est rassuré avant la mi-temps, portant le score à 17-0 après un troisième coup de pied, le plus beau, du capitaine.
Après la mi-temps, le banc a commencé à tourner, et le CRC a déroulé son jeu, plus sereinement. Tellement serein que les pilotes de l’air en ont profité, les finauds. Mais comme ils n’ont pas notre buteur : 17-5. Après, ce fut l’arrivée du charriot d’essai du CRC, en mode duty-free. Maxou, se faisant pardonner son carton. 22-5 (Sans ce malheureux coup de vent et cette motte de terre sur le terrain, le capitaine aurait fait un sans faute). Guillaume avec son nez de travers mais ses idées claires n’a pas fait l’A/R Paris/Papeete pour rien. Tranformation splendide. 29-5. Alberto se prenant pour Sergio Parisse est allé prélaver l’honneur des italiens salis quelques heures plus tard à Rome. Notre figlio ideale porta le score à 36-5. Entre temps, le banc rouge et noir prenant la confiance se mit à encourager gaiement la bonne entrée en matière d’Alexis, mais se fit remettre à sa place par le commandant de bord du CRC. « On n’est pas pas là pour rigoler ». Un qui n’était pas là pour rigoler car il fait rarement le voyage à vide, c’est Fabien, auteur d’un des plus beaux placages du match sur le 10 adverse qui a laissé un morceau de bassin sur le terrain. 43-5 après transformation (oui bon au bout d’un moment on a pigé que le buteur était en forme).

Atterrissage réussi. Après avoir joué les contrôleurs du ciel, le CRC compte bien distribuer quelques caramels aux betteraviers. Rdv le 25 Mars contre BBR.

CRC vs. Air France
Date : Samedi 11/03/2017 – 12h00
Lieu : Stade Pershing, Paris 12ème.

No Replies to "CRC - AIR FRANCE [43 - 5]"


    Laisser un commentaire